Anti-répression

Dans la société et sur les lieux de travail, SUD éducation Nord s’engage lorsque des militant-es syndicaux ou d’un collectif, des personnes ou des mouvements d’émancipation sont victimes de répression d’État.

INFOS UTILES EN CAS D’ARRESTATION
Collectif lillois d’Autodéfense juridique (CLAJ) : 07 73 48 59 26

Notre syndicat est membre du C.R.I.M.E, Collectif contre la répression des individus et de mouvements d’émancipation et exerce une vigilance particulière sur la question du fichage et des répressions qui touchent les personnels et élèves.

Voir aussi :
- la rubrique
Contre la répression du site national de Solidaires.
- le journal A4 recto-verso Résistons ensemble contre les violences policières et sécuritaires



- la fiche d’infos utiles en cas d’arrestation (C.R.I.M.E., LegalTeamLille, claj)
- le kit de survie face à la police, face à la justice (C.R.I.M.E.) ;
- le guide des manifestant-es Solidaires ;
- 
La garde à vue en dix questions (fiche Solidaires)
- Pressions et répression sur les militant·e·s syndicales/aux, fiche de Solidaires

En cas de problème lors d’une mobilisation à l’appel de l’une de nos organisations, les militant·e·s peuvent contacter Solidaires Nord ou SUD éducation Nord avec le plus d’informations possibles, comme par exemple l’identité d’une personne arrêtée lors d’une manifestation, ou encore le C.R.I.M.E.

Enfin, pour signaler une interpellation dans le cadre d’un mouvement social, d’une manifestation, d’un blocage ou d’une occupation, il peut être très utile de contacter le CLAJ ou Collectif lillois d’auto-défense juridique, qui pourra assurer un suivi de la situation juridique, par courriel à l’@dresse claj[at]riseup.net ou par téléphone au 07 73 48 59 26.

Le Collectif lillois d’autodéfense juridique est né dans le cadre de la lutte contre la Loi travail en 2016. pour s’organiser collectivement contre la répression, qu’elle soit policière dans la rue et les commissariats ou judiciaire dans les tribunaux. Face à une justice de classe, la solidarité est un outil de lutte.

Les avocat-es qui travaillent avec le CLAJ sont :

  • à Lille, Mes Muriel Ruef, Florian Regley, Charles Lefebvre.
  • à Roubaix, Me Antoine Chaudey.

Voir aussi :
- Le guide du manifestant arrêté (Syndicat de la Magistrature)
- 4 pages de conseils en manif (SUD éducation Paris)
- Gaz lacrymogène, quelques conseils (Indymedia Nantes)


Actualités

Articles de cette rubrique

  • Halte à la criminalisation du mouvement social

    Les semi-victoires contre la loi sécurité globale ne sont malheureusement qu’une petite digue face à la volonté du gouvernement de museler le mouvement social. Pour l’Union syndicale Solidaires, la liberté d’expression et de manifester n’a sans doute jamais été autant menacée. Soutenons les camarades réprimé·e·s , dénonçons la criminalisation du mouvement social !

  • 17 octobre 1961 : vérité et justice !

    La fédération des syndicats SUD éducation revendique la reconnaissance du 17 octobre 1961 comme massacre colonial et crime d’État. Cette date doit être mentionnée clairement et sans ambiguïté comme telle dans les manuels scolaires. Des mesures de réparations envers les familles des victimes doivent être prises.

  • Les violences contre les lycéen·ne·s doivent cesser ! Soutien intersyndical aux lycéen·ne·s du lycée Bréquigny de Rennes

    Les lycéen·ne·s du lycée Bréquigny, à Rennes, se mobilisent comme d’autres lycées en France pour obtenir, vu la façon dont s’est déroulée leur année, l’annulation des épreuves et la validation de leurs diplômes par le contrôle continu. Le rectorat de Rennes a fait le choix du recours systématique aux forces de l’ordre : les policiers stationnés depuis le 10 mai devant le lycée font un usage de la force sans retenue avec l’assentiment du rectorat et de la direction de l’établissement. Le 21 mai, la violence est encore montée d’un cran, avec des coups encore plus brutaux, des insultes et des menaces inacceptables. Communiqués de SUD éducation 35 et de l’intersyndicale de l’académie de Rennes. Témoignages.

  • L’État complice de l’extrême-droite

    Au-delà des attitudes radicalisées de Vidal et Blanquer, l’État lui-même se compromet dans des actions autoritaires et répressives qui le rapprochent un peu plus des méthodes de l’extrême-droite. En effet, le 20 février un rassemblement s’est organisé en réponse à la manifestation du groupuscule Génération identitaire, en un autre lieu, pour ne pas laisser la rue aux fascistes. Une pluie d’amendes, interpellations et charges policières est tombée... sur le contre-rassemblement ! Communiqué unitaire antifasciste.