Anti-patriarcat

SUD éducation Nord est un syndicat féministe, anti-sexiste et contre les LGBTIphobies, à l’école comme dans la société. Dans les établissements scolaires, on peut encore constater des faits sexistes. De même, élèves ou personnels, les LGBTI peuvent encore être victimes de discriminations.


- Numéros d’urgence pour se défendre contre des violences sexuelles ou sexistes
- Guide Agir syndicalement contre les violences sexistes et sexuelles au travail de l’Union syndicale Solidaires
- Droits des femmes, sur le site de la fédération SUD éducation
- Le bulletin Solidaires & égales édité par Solidaires.
- Le bulletin D-genrées D-sexualités édité par Solidaires.
- Ressources pour une pédagogie antisexiste #1
- Ressources pour une pédagogie antisexiste #2


Actualités

  • Masque arc-en-ciel : solidarité avec notre camarade interdite de cours !

    Une professeure syndiquée à SUD éducation dans le département du Rhône s’est vu signifier par la cheffe d’établissement une interdiction de faire cours en raison du port d’un masque aux couleurs arc-en-ciel.

    Lors d’un entretien au rectorat avec la camarade et en présence d’un représentant de SUD éducation, les représentant-e-s de l’administration ont multiplié les dérapages, évoquant un masque qui ferait la promotion de “certaines pratiques”, relèverait d’une “obédience”, voire même que porter un masque arc-en-ciel pourrait s’apparenter à “la promotion de la gestation pour autrui”. Ces propos, dont la presse s’est également fait l’écho, prononcés par des personnels de l’administration dans le cadre d’un entretien sont inacceptables.

    Pour SUD éducation, cet événement, survenu quelques jours avant la journée mondiale de lutte contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie est grave. Il montre encore une fois que la lutte contre l’homophobie, demeure largement à mener dans l’Éducation nationale, jusqu’au plus haut niveau, contrairement à la communication satisfaite du ministre.

    La lutte contre l’homophobie dans l’Éducation nationale n’est pas un combat dépassé : les actes LGBTIphobes augmentent d’année en année d’après les statistiques officielles. Pourtant, le ministre semble avoir renoncé depuis 2018 à mener des campagnes de lutte contre l’homophobie.

    SUD éducation affirme sa solidarité pleine et entière avec notre camarade, défendra son droit de porter un masque aux couleurs de l’arc-en-ciel, et veillera à ce qu’aucune sanction ne lui soit infligée. SUD appelle les personnels à ne rien céder face aux comportements LGBTIphobes d’où qu’ils proviennent et à agir à leur niveau pour y mettre un terme.

    SUD éducation exige, à rebours de cette procédure discriminante et stigmatisante, que l’administration soutienne et défende les personnels qui en raison de leur orientation sexuelle réelle ou supposée viendraient à subir diverses formes de brimades, de harcèlement ou de discriminations, d’où qu’elles viennent.‌

    - Télécharger ce communiqué sur le site de la fédération des syndicats SUD éducation
    - Et aussi : L’administration ne veut pas de masque arc-en-ciel ? SUD éducation vous propose d’en commander un !

  • Courrier de la MMF, n°387

    Le nouveau numéro du Courrier de la Marche mondiale des Femmes est paru le 6 février 2021. Au sommaire de ce numéro 387 :

    • Turquie : Melek Ipek s’est défendue contre son mari violent, elle risque la prison à vie ;
    • Suisse : plus de 500 femmes se mobilisent contre les inégalités croissantes ;
    • Pérou : où sont les 5500 femmes portées disparues en 2020 ?
    • Le Honduras durcit encore l’interdiction de l’avortement ;
    • Pologne : la restriction du droit à l’avortement entre en vigueur ;
    • Mauritanie : de l’appli au tatami, le combat de Dioully Oumar Diallo pour protéger les femmes ;
    • #justicePourJulie – Tribune collective ;
    • Le verrou sexiste qui grippe la machine judiciaire doit cesser ;
    • Consentement : "Avant 15 ans, c’est non" dit la délégation aux droits des femmes ;
    • Protection des mineur-es face aux crimes sexuels : on n’y est toujours pas !
    • Comprendre les mutilations génitales féminines pour mieux lutter ;
    • Inceste : et si on parlait prévention plutôt que répression (tribune) ;
    • Imprescriptibilité : il ne s’agit pas de durcir la répression mais d’être résolument du côté des victimes.

    - Courrier de la MMF, n°387 (6/02/21)

  • Courrier de la MMF, n°375

    Le numéro 375 du Courrier de la Marche Mondiale des Femmes contre les Violences et la Pauvreté est sorti le 30 septembre 2019.
    Entre autres sujets au sommaire :

    • Contre les violences, on va devant Bercy réclamer le milliard – 3 octobre
    • Avortement illégal au Maroc
    • Appel à la grève féministe du 8 mars 2020
    • Féminicides : l’indifférence tue
    • Prostitution des adolescentes, l’inquiétante progression
    • ...

    Le Courrier de la MMF est en ligne sur le site de l’Union syndicale Solidaires.

  • 28 septembre, journée internationale pour le droit à l’avortement

    Avortement, les femmes décident ! Une manifestation nationale est d’ores et déjà prévue à Paris, d’autres rendez-vous devraient être organisés :

    • en solidarité avec l’ensemble des femmes européennes, après la lutte exemplaire des espagnoles en 2015, des polonaises depuis 2016 et des irlandaises en 2018 ;
    • en solidarité avec les femmes d’Amérique latine, dont les Argentines qui pour la 8ème fois se sont mobilisées pour obtenir une dépénalisation de l’avortement ;
    • en solidarité avec les femmes des États-Unis d’Amérique qui ont vu en 2019 le droit à l’avortement disparaître ou réduit dans de trop nombreux états ;
    • en solidarité avec les françaises alors qu’un vote au Sénat de juin 2019 a écarté le texte législatif qui aurait permis l’allongement du délai de recours à l’avortement ;
    • en lutte pour défendre le droit à l’avortement partout dans le monde et la liberté des femmes à disposer de leur propre corps !

    - Appel à mobilisation de la Marche mondiale des Femmes

  • Violences sexistes et sexuelles : assez de blabla !

    ASSEZ DE BLABLA, DES MESURES CONCRÈTES !

    Le 21 juin 2019 une nouvelle convention pour combattre la violence et le harcèlement au travail a été adoptée par l’Organisation Internationale du Travail (OIT), grâce à la mobilisation internationale de syndicats et des organisations internationales féministes.

    Le texte prévoit dans le détail les politiques de prévention à mettre en place et des mesures pour assurer le contrôle de leur application. Si la France ratifie cette convention, il faudra vraiment des mises en œuvre concrètes, et les moyens nécessaires pour que les choses changent !

    D’autre part, un Grenelle des violences conjugales a été annoncé le 7 juillet pour... septembre, alors que l’on compte 75 femmes tuées sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint depuis le 1er janvier 2019. Il faudra cependant bien plus qu’une consultation citoyenne et des psy dans les commissariats pour faire cesser ces violences ! Quelles mesures concrètes ?

    - Version intégrale du communiqué de l’Union syndicale Solidaires (8/07/19)

Articles de cette rubrique

  • Déclaration de la Marche Mondiale des Femmes

    La 12èmerencontre internationale de la Marche mondiale des Femmes s’est déroulée du 29 au 31 octobre 2021. Venues de 50 pays de toutes les régions du monde, pour partager leurs luttes, les femmes de la Marche ont fait une déclaration commune.

  • SUD éducation appelle à ne pas respecter la circulaire Blanquer contre l’écriture inclusive

    Les conditions de travail sont très dégradées ? T’inquiète, Jean-Michel dégaine une circulaire... contre l’écriture inclusive ! Incapable d’assumer sa responsabilité et d’assurer des conditions de travail correctes pour les personnels et les élèves, et alors que son bilan sanitaire est désastreux, le ministre de l’Éducation nationale trouve bien plus urgent de mettre en avant l’une de ses obsessions réactionnaires.

  • Toutes et tous contre les violences sexistes

    Alors que le président de la république avait annoncé faire de la lutte contre les violences sexistes et sexuelles la « Grande cause de son quinquennat », SUD éducation constate qu’aucune mesure n’a été mise en place ni pour prévenir les violences sexistes et sexuelles au travail ni pour accompagner les victimes. A l’occasion de la journée internationale contre les violences sexuelles et sexistes, le 25 novembre, mobilisons-nous toutes et tous contre les violences sexistes et pour les droits des femmes !

  • Lettre intersyndicale ouverte au ministre de l’Education nationale sur les violences sexistes et sexuelles au travail

    Après une tribune dans la presse dénonçant les manquements des services de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur et la recherche en matière de protection des victimes de violences sexuelles et sexistes, et l’impunité qui en résulte, les organisations syndicales CGT, FSU et SUD éducation adressent une lettre ouverte au ministère pour qu’il abandonne sa politique de précarisation des femmes et mette en œuvre une politique ambitieuse de lutte contre les violences. Le ministère de l’Éducation nationale doit prendre ses responsabilités.