SUD dans les instances

SUD éducation est un syndicat représentatif dans l’éducation nationale et plusieurs de ses militant-es sont élu-es des personnels.

Dans l’académie

SUD éducation Nord et l’Union académique SUD éducation 59/62 participent régulièrement aux groupes de travail au sein du rectorat, siègent en commission administrative paritaire académique (CAPA) des certifié-es, et en formation paritaire mixte académique (FPMA) pour le mouvement intra-académique. Nous participons évidemment aussi à des audiences au rectorat.

Au niveau national

Avec la fédération des syndicats SUD éducation, nous avons aussi des élu-es en Commissions paritaires nationales. La fédération SUD éducation et l’Union syndicale Solidaires siègent au Conseil supérieur de l’Éducation (CSE).


En parcourant cette rubrique, vous aurez un aperçu des positions et des revendications défendues par les mandaté-es de SUD au cœur de la machine administrative...

A lire aussi
- Déclarations et courriers de la fédération


Actualités

  • Déclaration de SUD éducation au CSE le 8/07/21

    Cette séance du Conseil supérieur de l’Éducation a été l’occasion de tirer un bilan de l’année scolaire écoulée, et de la session du baccalauréat. La fédération des syndicats SUD éducation y a dénoncé la fuite en avant sans concertation de Blanquer. Elle a revendiqué un retour à un véritable diplôme national du baccalauréat, qui seul peut garantir l’égalité entre candidat·e·s, et l’abrogation de la réforme du baccalauréat.
    - Lire la déclaration de la fédération SUD éducation (8/07/21)

  • Déclaration de SUD éducation au CSE

    Lors de la réunion du Conseil supérieur de l’Éducation du 23 avril, la fédération des syndicats SUD éducation a fait une déclaration. Notre fédération a mis en avant les conditions mal préparées de la rentrée du 26 avril, les décisions trop tardives pour le bac 2021, les aménagements insuffisants dans la filière professionnelle, les mauvaises conditions de préparation du brevet des collèges... et sa revendication depuis le début de la crise sanitaire d’un plan d’urgence pour l’Éducation nationale !
    - Lire la déclaration de SUD éducation au CSE du 23 avril

  • Déclaration de SUD éducation au CSE

    Lors de la réunion du 6 octobre 2020 du Conseil supérieur de l’Éducation (CSE), la fédération des syndicats SUD éducation a fait une déclaration liminaire pour porter officiellement les remontées des personnels sur plusieurs points :

    • l’organisation pour le moins désinvolte du volet sanitaire de la rentrée scolaire ;
    • l’incapacité ministérielle à donner des moyens suffisants aux équipes pédagogiques ;
    • le rejet des réformes Blanquer ;
    • la répression syndicale dans l’Éducation nationale :
    • la réforme du Conseil d’administration des EPLE : le CA est déjà fragilisé dans ses prérogatives par la pratique des chef·fe·s d’établissement et le Conseil pédagogique, le ministre veut le réduire officiellement à une chambre d’enregistrement.

    - Lire la déclaration liminaire de SUD éducation au CSE (6/10/20)

  • Déclaration SUD-Solidaires au CSE

    À l’occasion de la dernière réunion du Conseil supérieur de l’Éducation de l’année scolaire, la fédération des syndicats SUD éducation et l’Union syndicale Solidaires ont toutes deux fait une déclaration et revendiqué des mesures à la hauteur pour notre école.

    La fédération SUD éducation a une pensée pour les bachelier·e·s 2020 qui ont affronté la période de crise sanitaire avec des pressions supplémentaires : celle de l’examen du baccalauréat et celle de l’orientation via Parcours Sup’.

    On a pu lire dans les médias que le bac avait été bradé. C’est nier les connaissances acquises par les élèves durant toute leur scolarité. Pour SUD éducation, les résultats du baccalauréat mettent surtout au jour les inégalités de traitement dues au contrôle continu : en fonction des établissements, des politiques de notation différentes ont eu cours. Pour SUD éducation, cet épisode montre une fois de plus les caractères nocif et inégalitaire de l’usage du contrôle continu en vue de l’obtention d’un diplôme.

    Nous appelons le ministère à titulariser les personnels déjà en poste et à créer le nombre de poste nécessaire pour baisser le nombre d’élèves par classe et augmenter le nombre d’heures en effectif réduit.

    Nous appelons le ministère à mener une politique ambitieuse dans l’accompagnement médico-social des élèves comme des personnels, en garantissant une véritable médecine scolaire et une véritable médecine du travail. L’état déplorable de ces services explique les difficultés des écoles et des établissements dans la gestion de la crise sanitaire, comme en temps plus ordinaire lorsque les personnels ou les élèves sont confronté·e·s à des situations de détresse, de harcèlement ou de violences.

    Nous appelons le ministère à recruter en masse des personnels administratifs afin de permettre un meilleur accompagnement des personnels dans leur carrière. Nous revendiquons une revalorisation salariale, préalable à l’élaboration d’une politique éducative de qualité.

    - Lire les déclarations au CSE de SUD éducation et Solidaires en version intégrale (9/07/20)

  • Déclaration intersyndicale au CTM

    Après le discours du premier ministre devant l’Assemblée nationale, notamment à propos de la reprise scolaire, la fédération des syndicats SUD éducation et d’autres organisations syndicales ont fait une déclaration commune lors de la réunion du Comité technique ministériel (CTM) le 5 mai.

    - Déclaration unitaire CGT-FO-FSU-SGEN-SNALC-SUD-UNSA (5/05/20)

Articles de cette rubrique

  • L’enseignement supérieur et la recherche encore attaqués

    Création de 34 000 places dans l’enseignement supérieur, dont 5000 en BTS (le reste à l’université et en IFSI) : mais où sont les enseignant·e·s  ? où sont les salles  ? SUD éducation et SUD Recherche EPST alertent sur la situation dramatique de l’enseignement supérieur et la recherche. Ces annonces du ministère ont lieu au même moment où le ministère défait les statuts de l’ESR, en ouvrant une large brèche au privé et à une extension sans précédent de la précarité. Et alors que des politicien·ne·s sans scrupule multiplient les propos indignes contre le supérieur et la recherche, dans une vision fantasmée de l’université. Déclaration au CTMESR et communiqués.

  • Déclaration de boycott du CT-MESR du 18 juin

    Cette réunion du Comité technique du ministère de l’enseignement supérieur et de la rechercher était consacrée au projet de décret portant création des « chaires de professeur junior ». FERC CGT, SGEN CFDT, FSU, FO ESR, SUD éducation et SUD Recherche ont boycotté ce comité technique pour marquer leur profond désaccord avec la déconstruction des recrutements sur statut et la fragilisation du statut de fonctionnaire et des libertés académiques et de recherche.

  • Troisième tranche de la prime REP+ : mise en concurrence et management

    Pour SUD éducation, la question de la rémunération des personnels ne saurait être réglée par des primes individualisées. C’est bien une augmentation significative des salaires qui est nécessaire, d’autant plus forte que les salaires sont bas. Nous revendiquons le versement uniforme de la prime REP+ à tous les personnels, et notamment les AED et AESH qui en sont pour l’instant exclu·e·s. Communiqué de la fédération SUD éducation.