SUD dans les instances

SUD éducation est un syndicat représentatif dans l’éducation nationale et plusieurs de ses militant-es sont élu-es des personnels.

Dans l’académie

SUD éducation Nord et l’Union académique SUD éducation 59/62 participent régulièrement aux groupes de travail au sein du rectorat, siègent en commission administrative paritaire académique (CAPA) des certifié-es, et en formation paritaire mixte académique (FPMA) pour le mouvement intra-académique. Nous participons évidemment aussi à des audiences au rectorat.

Au niveau national

Avec la fédération des syndicats SUD éducation, nous avons aussi des élu-es en Commissions paritaires nationales. La fédération SUD éducation et l’Union syndicale Solidaires siègent au Conseil supérieur de l’Éducation (CSE).


En parcourant cette rubrique, vous aurez un aperçu des positions et des revendications défendues par les mandaté-es de SUD au cœur de la machine administrative...

A lire aussi
- Déclarations et courriers de la fédération


Actualités

  • Déclaration de SUD éducation au CSE

    Lors de la réunion du Conseil supérieur de l’Éducation du 23 avril, la fédération des syndicats SUD éducation a fait une déclaration. Notre fédération a mis en avant les conditions mal préparées de la rentrée du 26 avril, les décisions trop tardives pour le bac 2021, les aménagements insuffisants dans la filière professionnelle, les mauvaises conditions de préparation du brevet des collèges... et sa revendication depuis le début de la crise sanitaire d’un plan d’urgence pour l’Éducation nationale !
    - Lire la déclaration de SUD éducation au CSE du 23 avril

  • Déclaration de SUD éducation au CSE

    Lors de la réunion du 6 octobre 2020 du Conseil supérieur de l’Éducation (CSE), la fédération des syndicats SUD éducation a fait une déclaration liminaire pour porter officiellement les remontées des personnels sur plusieurs points :

    • l’organisation pour le moins désinvolte du volet sanitaire de la rentrée scolaire ;
    • l’incapacité ministérielle à donner des moyens suffisants aux équipes pédagogiques ;
    • le rejet des réformes Blanquer ;
    • la répression syndicale dans l’Éducation nationale :
    • la réforme du Conseil d’administration des EPLE : le CA est déjà fragilisé dans ses prérogatives par la pratique des chef·fe·s d’établissement et le Conseil pédagogique, le ministre veut le réduire officiellement à une chambre d’enregistrement.

    - Lire la déclaration liminaire de SUD éducation au CSE (6/10/20)

  • Déclaration SUD-Solidaires au CSE

    À l’occasion de la dernière réunion du Conseil supérieur de l’Éducation de l’année scolaire, la fédération des syndicats SUD éducation et l’Union syndicale Solidaires ont toutes deux fait une déclaration et revendiqué des mesures à la hauteur pour notre école.

    La fédération SUD éducation a une pensée pour les bachelier·e·s 2020 qui ont affronté la période de crise sanitaire avec des pressions supplémentaires : celle de l’examen du baccalauréat et celle de l’orientation via Parcours Sup’.

    On a pu lire dans les médias que le bac avait été bradé. C’est nier les connaissances acquises par les élèves durant toute leur scolarité. Pour SUD éducation, les résultats du baccalauréat mettent surtout au jour les inégalités de traitement dues au contrôle continu : en fonction des établissements, des politiques de notation différentes ont eu cours. Pour SUD éducation, cet épisode montre une fois de plus les caractères nocif et inégalitaire de l’usage du contrôle continu en vue de l’obtention d’un diplôme.

    Nous appelons le ministère à titulariser les personnels déjà en poste et à créer le nombre de poste nécessaire pour baisser le nombre d’élèves par classe et augmenter le nombre d’heures en effectif réduit.

    Nous appelons le ministère à mener une politique ambitieuse dans l’accompagnement médico-social des élèves comme des personnels, en garantissant une véritable médecine scolaire et une véritable médecine du travail. L’état déplorable de ces services explique les difficultés des écoles et des établissements dans la gestion de la crise sanitaire, comme en temps plus ordinaire lorsque les personnels ou les élèves sont confronté·e·s à des situations de détresse, de harcèlement ou de violences.

    Nous appelons le ministère à recruter en masse des personnels administratifs afin de permettre un meilleur accompagnement des personnels dans leur carrière. Nous revendiquons une revalorisation salariale, préalable à l’élaboration d’une politique éducative de qualité.

    - Lire les déclarations au CSE de SUD éducation et Solidaires en version intégrale (9/07/20)

  • Déclaration intersyndicale au CTM

    Après le discours du premier ministre devant l’Assemblée nationale, notamment à propos de la reprise scolaire, la fédération des syndicats SUD éducation et d’autres organisations syndicales ont fait une déclaration commune lors de la réunion du Comité technique ministériel (CTM) le 5 mai.

    - Déclaration unitaire CGT-FO-FSU-SGEN-SNALC-SUD-UNSA (5/05/20)

  • Déclaration de SUD éducation au CSE

    La fédération des syndicats SUD éducation a pris la parole lors de la réunion du 8 octobre 2019 du Conseil supérieur de l’Éducation (CSE).

    Plusieurs points qui fâchent les personnels ont été soulevés.

    • Les premières simulations sur la base du rapport Delevoye montrent sans ambiguïté une perte de revenu de plus de 600 euros bruts mensuels en moyenne pour une carrière sans heurt ni interruption.

    • Les suicides dans l’Education nationale sont très nombreux, pourtant le ministère refuse d’en publier les chiffres et la dernière édition du bilan social ne fait pas une mention du terme « suicide ».

    • Les personnels de l’éducation sont épuisés. Les politiques menées entraînent de nombreux effets délétères et pathogènes : isolement des personnels, culpabilisation, perte de sens du travail, surcroît de tâches annexes, relations hiérarchiques oppressantes, morcellement du collectif, individualisation devant les dysfonctionnements du système...

    • Cet ensemble de faits est aussi une conséquence des choix organisationnels valables pour toute la Fonction publique, qui subit une orientation très managériale, et où la hiérarchie est de plus en plus loin du quotidien des personnels.

    • Ainsi, le ministère n’apporte aucune réponse à l’avis du CHSCT ministériel sur la réforme du lycée professionnel, selon lequel elle porte une organisation pathogène du travail - le concept de "chef d’œuvre" étant même considéré comme typique d’un conflit de valeurs.

    - La déclaration au CSE en version intégrale et à télécharger (8/10/19)
    Voir aussi
    - la lettre au ministre et la déclaration unitaire lue le 3 octobre en CTMEN
    - Retraites, Macron annonce la couleur pour les enseignant-es

Articles de cette rubrique

  • Déclaration de SUD éducation au CSE

    La fédération des syndicats SUD éducation a fait une déclaration le 11 février 2021 devant le Conseil supérieur de l’Éducation.

  • Déclaration de SUD éducation au CSE

    Le 7 janvier 2021, à l’occasion de la réunion du Conseil supérieur de l’Éducation consacrée à l’aménagement de l’organisation des examens aux lycées en raison de la crise sanitaire : surprenant au regard de l’incapacité de l’Éducation nationale à s’adapter pour protéger les personnels et les élèves. La fédération SUD éducation a fait une déclaration concernant les annonces inquiétantes pour la rentrée 2021 et la politique éducative, qui creuse les inégalités.

  • Déclaration CGT-SGEN-SNESUP-SUD en CTU

    Le 18 décembre 2020, en Comité technique Universitaire (CTU), l’intersyndicale dénonce le faux-semblant de concertation affiché par le ministère, qui les invitent alors que la Loi de Programmation de la Recherche (LPR) a été votée et qu’elle est en cours d’examen par le Conseil constitutionnel - la LPR c’est toujours NON.