Echos du boulot

Cette rubrique regroupe les articles décrivant les situations de terrain dans les écoles, les établissements, les universités ou les services administratifs de l’éducation nationale, et principalement écrits par des adhérent.e.s et sympathisant.e.s. Alors à vos stylos et claviers !
Les articles, non signés individuellement, seront relus et corrigés dans un souci de cohérence et de clarté éditoriale, afin de donner un écho du terrain à l’organisation théorique de l’éduc’ nat’. Nous ne donnons aucune garantie sur le délai de publications.


Actualités

  • L’oral de trop !

    Le ministère impose «  son  » oral aux lauréat·es des concours 2020 – L’intersyndicale nationale Snesup-FSU, Snuipp-FSU, Snep-FSU, Snuep-FSU, Snpi-FSU, Snes-FSU, SUD éducation, FERC-CGT a publié un communiqué le 11 septembre 2020.

  • Encore et toujours des contradictions et des injonctions dans le vent !

    Le 4 septembre le DASEN de l’académie de Nantes adresse aux chef·fe·s des établissements publics et privés, directeurs/trices de CIO, directeurs/trices d’écoles, une note stipulant que « l’essentiel des cas de contamination entre les personnels se sont produits » lors des pauses méridiennes dans les salles de commensaux ou tout autre lieu de convivialité. Il engage donc les chef·fe·s à « faire preuve d’une rigueur absolue » et à « éviter les regroupements sans distanciation des enseignant·e·s sur une même table lors des repas et les discussions autour d’un café ».

    Pour ce que l’on sait de la propagation du virus, cet avis n’est pas idiot, quoiqu’il ne dise rien de la promiscuité dans les couloirs et du mauvais usage – voire du refus d’usage – du port du masque par des enseignant·e·s ou des élèves.

    Seulement voilà ! Dans les établissements et écoles les salles de commensaux ne sont pas assez grandes pour que la distanciation soit possible. C’est systématiquement le cas dans les collèges et les lycées. Quant aux enseignant·e·s qui apportent leur propre repas, ils ou elles sont souvent autorisé·e·s à le consommer dans la salle des professeur·e·s, puisque les règlements de demi-pension empêchent que de la nourriture « extérieure » soit apportée dans les cantines.

    Nul doute donc qu’une telle note du DASEN n’ait pour finalité que sa propre protection administrative, rejetant les responsabilités sur les chef·fe·s d’établissement, qui à leur tour la rejetteront sur les enseignant·e·s...

  • Hérault : pas de rentrée aux Escholiers

    Les personnels du collège les Escholiers de la Mosson se sont mis·e·s en grève le jeudi 3 septembre 2020 pour protester contre l’inaction de la hiérarchie face à la grande souffrance au travail que subissent plusieurs collègues.

    Depuis deux ans, les personnels du collège alertent l’administration sur la situation de l’établissement. Un premier mouvement de grève avait eu lieu en juin 2019. Une audience au rectorat s’est tenue en juillet 2020. Face à l’inaction de la hiérarchie académique, une nouvelle journée de grève a été décidée.

    Les personnels ont publié un communiqué, relayé par la fédération SUD éducation. Ils et elles disposent d’une caisse de solidarité qui permet de les soutenir et d’exprimer votre solidarité. N’hésitez pas à y participer !

    - Escholiers de la Mosson, les personnels en grève reconductible (les communiqués)
    - La caisse de solidarité des personnels en grève contre la souffrance au travail

  • La pré-rentrée en brèves

    UNE IPR TRÈS VULNÉRABLE

    Dans un collège de la Métropole lilloise, rien n’est prévu pour les personnels vulnérables au Covid-19. Les cinq masques distribués à toutes et tous sont du même tissu que les slips d’une marque célèbre, sans élastique ou barre métallique pour empêcher le passage d’air. Une protection largement suffisante dans des classes de 25 à 30 élèves, selon Mme la principale du collège. Mais l’inspectrice pédagogique régionale présente à la plénière de pré-rentrée ne devait pas en être convaincue : elle-même portait un masque FFP2…

    PROTECTION DES PERSONNELS : CERTAINS PLUS ÉGAUX QUE D’AUTRES ?

    Dans une école de Dunkerque, quelle ne fut pas la surprise d’une collègue AESH : oui, bien sûr, il y a eu une distribution de masques aux personnels… mais seulement aux enseignant·e·s ! D’après la directrice de cette école privée, aucun masque n’est prévu pour les AESH. Bah ! « La vie est précaire », disait une présidente du Medef, alors de quoi se plaignent les personnels en contrat précaire ?

    MIRACLE DE LA PÉDAGOGIE

    Une IPR présente à la plénière d’un collège du département a insisté auprès des enseignant·e·s de cet établissement : ils et elles devront travailler plus, pour pallier l’augmentation des inégalités scolaires pendant la période du confinement. Les classes gardent les mêmes effectifs (jusqu’à 30 en troisième), il n’y aura pas de groupe ni de création de postes... mais pas de panique ! Tout ira bien en pratiquant « l’individualisation collective » (sic) ...

    C’était notre rubrique Ils osent tout c’est à ça qu’on les reconnaît.

  • Rentrée scolaire : le ministre face à la réalité

    Rentrée scolaire, 31 août
    Le ministre face à un choc de réalité

    Alors que le ministère de l’Éducation nationale a eu plusieurs mois pour se préparer à la rentrée de septembre, dont les deux mois de congés d’été et que ces derniers jours le ministre Blanquer pérorait dans les médias en indiquant que l’institution était prête, ce 31 août, les personnels ont pu constater l’étendue de l’impréparation. Les remontées de terrain de SUD éducation font état de très nombreux dysfonctionnements.

    - Pour en savoir plus...
    - À (re)lire aussi : au lycée Guy Mollet, une pré-rentrée sans masques

    ***

    Rentrée scolaire, 30 août
    L’impréparation se poursuit pour une rentrée explosive et anxiogène

    Le ministère a publié dans la soirée du vendredi 28 août des fiches thématiques sur la restauration, l’EPS, l’éducation musicale,l’internat et les récréations. Ces fiches thématiques, sont publiées trop tardivement sans que les équipes puissent s’en servir en amont de la rentrée scolaire.

    SUD éducation revendique la mise en œuvre d’un plan d’urgence dans l’éducation, avec notamment :

    • l’installation de points d’eau ;
    • des créations de postes massives ;
    • un plan de rénovation ;
    • le renforcement des équipes de vie scolaire.

    - La fiche-analyse de SUD éducation

    ***

    Blanquer démasqué par Arte

Articles de cette rubrique

  • Lycée Guy Mollet, Arras : une rentrée sans masques pour les personnels

    Lundi 31 août, jour de prérentrée au lycée Guy Mollet d’Arras : près de 200 personnels sont regroupés dans une salle, côte à côte, pour prendre connaissance des conditions de rentrée. Le chef d’établissement annonce qu’il n’y a pas de masques à distribuer aux personnels. Communiqué de l’intersyndicale CGT-Snes-SUD du lycée Guy Mollet d’Arras.

  • Keep calm... and cancel the exams !

    La section Université de Lille de SUD éducation Nord a adressé un communiqué au doyen de la faculté des sciences juridiques, politiques et sociales, pour présenter ses revendications dans ce contexte d’urgence sanitaire, notamment au sujet des examens universitaires, ou de Parcoursup pour les futur·e·s étudiant·e·s.

  • Un tract pour convaincre

    Les personnels mobilisé·e·s de l’Université de Lille, soutenu·e·s par les syndicats FercSup-CGT, Snesup-FSU, SUD éducation Nord (section UdL), ont rédigé ce samedi 7 décembre un tract qui sera diffusé lundi à destination des personnels de l’Université de Lille.

  • Au bout du rouleau

    À l’ESAAT de Roubaix, les conditions de travail, c’est n’importe quoi. Les personnels et les élèves au bout du rouleau, après avoir alerté le rectorat, se sont mis·e·s en grève face à l’inaction de celui-ci.