Ouverture du mouvement : un droit à la mobilité largement entravé par les suppressions de postes

Les personnels de l’Éducation nationale qui souhaitent participer aux opérations de mutation sont invités à saisir leur demande entre le 9 novembre et le 30 novembre 2021. SUD éducation a pour objectif de garantir le droit à la mobilité des personnels ainsi que l’égalité de traitement entre tou·te·s.
- Pour toutes les informations à ce sujet : notre article complet sur le mouvement académique

Cette année, malgré l’opposition des organisations syndicales, le mouvement est complété par un mouvement sur postes à profil (« POP »). Ce mouvement correspond à une volonté du ministère de déroger de plus en plus aux règles collectives et transparentes de mutation des personnels.

Le ministère fait également des choix inacceptables. L’affectation dans un établissement contractualisé (CLA) va ainsi apporter une bonification inférieure à celle de l’affectation sous label REP ou REP+. Le ministre choisit au contraire d’augmenter les bonifications pour les personnels agrégés hors classe et classe exceptionnelle. Cette politique pénalise les collègues qui enseignent dans les zones les plus difficiles et elle favorise une minorité de personnels en fin de carrière et déjà mieux rémunéré·e·s.

Enfin, les suppressions de postes et la substitution des postes de personnels titulaires par des heures supplémentaires ou par des personnels non-titulaires ont pour effet de figer le mouvement et d’entraver la mobilité des personnels. C’est ainsi que pour plusieurs académies les barres d’entrée seront très hautes.

Alors que la question environnementale est au centre de nos préoccupations, il est temps de mettre en œuvre un autre modèle social qui limite les transports pour se rendre sur le lieu de travail. Il faut aussi ouvrir des postes afin de baisser le nombre d’élèves par classe et améliorer les conditions de travail.

SUD éducation revendique des ouvertures de postes et un recrutement massif qui permettront de résoudre bien des difficultés de l’Education nationale, et de fluidifier le mouvement de mutations.

- Lire le communiqué de la fédération des syndicats SUD éducation (8/11/21)