LPPR au CNESER : la présidente de séance et les syndicats "réformistes" s’asseoient sur la démocratie

Le CNESER a approuvé la loi de programmation pluriannuelle de la recherche par 55% des voix : certaines présentes, d’autres représentées, et très probablement, des voix absentes également, au vu du nombre de personnes présentes à la fin ! Cela s’est passé après 21 heures de réunion, le SGEN, l’UNSA et le SNPTES ayant voté en faveur du texte...

Il restait des amendements à étudier, et de nombreux amendements avaient été votés. Contre toute démocratie, c’est le texte INITIAL de la loi qui a été soutenu par des syndicats dit « réformistes », qui s’en sont félicités !

Les autres syndicats - à l’exception de l’UNEF restée vaillamment jusqu’au bout, vu que la présidente de séance a refusé de vérifier le quorum au moment des votes - ont quitté la séance, jugeant inadmissible la manière dont les organisations syndicales étaient traitées.

Il n’y a pas de discussion, pas de concertation, pas de démocratie. Avec la complicité d’organisations dont les actes trahissent les discours, ce texte va instrumentaliser la recherche pour des motifs financiers bien loin de l’intérêt général. Appel à poursuivre la mobilisation contre la LPPR !

- Appel national à mobilisation le 25 juin
- Le dossier de mobilisation de la fédération des syndicats SUD éducation