Le Printemps des Libertés

Samedi 20 mars 2021 à 14h, rendez-vous porte de Paris à Lille pour une grande manifestation unitaire pour les libertés, contre la surveillance des manifs par drône, le fichage des opinions et la loi de Sécurité globale. Venez nombreuses/eux ! SUD éducation Nord appelle à cette manifestation. Pensez à vous munir de l’attestation de déplacement dérogatoire (formulaire joint à cet article) et à respecter les gestes-barrières.


Nos droits ne sont pas négociables.
Face à la répression, refusons la loi du silence et faisons du bruit pour nos libertés !

Manifestation - déclarée en préfecture – à l’appel de citoyen·ne·s, de syndicats, partis, associations, collectifs pour l’abandon des lois ’sécurité globale’, ’confortant les principes républicains’ et des décrets autorisant le fichage des opinions politiques, syndicales et des données de santé.

Venez avec vos sons, vos instruments, vos arts, vos banderoles, vos pancartes, vos mégaphones... Entre ami·e·s, en famille...

La dérive liberticide du gouvernement, qui met peu à peu en place tout un arsenal contre toute possibilité démocratique, doit être refusée avec force. La bataille engagée dans l’unité se poursuit malgré les aléas avec ce rendez-vous majeur du samedi 20 mars, à l’appel de Solidaires Nord, SUD éducation Nord, et d’une convergence large de syndicats, associations, collectifs...

Alors que le projet de loi doit passer au Sénat, la manifestation a été déclarée par l’Union interprofessionnelle départementale Solidaires Nord. N’oubliez pas les gestes barrières, le masque, et l’attestation de déplacement dérogatoire.

Refusons le fichage systématique qui vise à museler toute énergie contestataire et toute pensée critique ! Refusons ce panoptique géant où la police nous observe en permanence à travers ses drones et ses caméras piétons mais où le peuple n’aurait plus de droit de regard sur elle ! Refusons les techniques de maintien de l’ordre qui blessent, mutilent et tuent !

Toutes et tous le 20 mars à 14h00, porte de Paris à Lille.

À lire aussi
- L’appel de Solidaires Nord