Indemnité REP/REP+ pour les AED et ASH : on ne lâche rien !

(actualisé le )

SUD éducation a lancé une grande campagne afin de gagner l’indemnité REP/REP + pour les personnels AESH et AED qui exercent en éducation prioritaire. En première ligne, ils et elles doivent percevoir cette indemnité comme les autres personnels ! L’étape 2 de cette mobilisation débute ce 19 janvier 2021 : un point sur les démarches juridiques à ce stade.


Où en est-on de la campagne pour les AED ? 

Les assistant·e·s d’éducation (AED) et accompagnant·e·s d’élèves en situation de handicap ont été nombreuses et nombreux dans le pays à produire des recours gracieux auprès de la hiérarchie contre le refus de l’administration de leur verser la prime REP/REP+.

Certain·ne·s ont reçu des réponses négatives, d’autres n’ont même pas eu de réponse.

La fédération des syndicats SUD éducation considère, pour des raisons juridiques et stratégiques, que nous aurons plus de chances de gagner l’indemnité REP/REP+ pour les AED et AESH en élargissant notre démarche vers une action plus collective.

Dans un premier temps, les recours envoyés vont appuyer une demande de la fédération SUD éducation au Premier ministre pour qu’il réforme le décret 2015-1087 du 28 août 2015 afin qu’il ajoute les AED dans la liste des bénéficiaires de l’indemnité. En cas de réponse négative, toute une série de démarches juridiques collectives seront alors possibles.

Pour les AESH nous allons poursuivre les recours juridiques individuels.


Comment gagner ? 

 

Les recours individuels qui ont été produits sont essentiels, car ils permettront lors de la demande du syndicat pour les personnels d’argumenter de la nécessité de cette indemnité pour les AED ; cependant, cela ne sera sans doute pas suffisant, il faut continuer à se mobiliser pour contraindre le gouvernement à prendre cette mesure égalitaire.

La multiplication d’actions et de journées visibles, que SUD éducation Nord est décidé à soutenir et à relayer dans sa communication [1] (comme le font et le feront les autres syndicats de la fédération), est un appui important aux autres démarches.
 

La mobilisation des personnels de Vie scolaire depuis décembre 2020 crée vraiment les conditions d’une victoire. Elle est de plus en plus connue publiquement, et apparaît comme tout à fait légitime. Si elle est mise en avant avec une certaine endurance, cette revendication deviendra une évidence. Il faut continuer à se mobiliser, et amplifier la mobilisation par des contacts entre vies scolaires, des assemblées générales ou des réunions publiques, pour gagner cette reconnaissance financière du travail effectué en éducation prioritaire.
 

Lorsque les AED et les AESH sont en grève, cela rend visible à toutes et tous à quel point le service public d’éducation a besoin de ses Vies scolaires et des personnels qui accompagnent les élèves ! 



 

Revendiquons aussi une augmentation des salaires !

 

Pour SUD éducation, il y a urgence à revaloriser les salaires et en particulier les plus bas salaires qu’il est indispensable d’augmenter plus rapidement que les salaires les plus élevés. Le ministère de l’Éducation nationale est responsable de l’aggravation des inégalités lorsqu’il emploie des personnels pour des salaires aussi faibles et qu’il n’envisage de revaloriser plus fortement les plus hauts salaires !

On voit aussi que le ministre a du mal à reconnaître le travail de terrain au service des élèves : il utilise en effet l’essentiel de sa masse salariale pour récompenser les membres de la hiérarchie et leur allié·e·s qui relayent sa politique inégalitaire et autoritaire – quitte à défendre un nouveau dispositif en dénigrant celui mis en avant par les mêmes l’année précédente… Ce système n’a plus aucune crédibilité.

Exigeons par l’action collective des augmentations de salaire égales en valeur pour toutes et tous, pour plus d’égalité et un meilleur service public d’éducation !


Toutes et tous dans la lutte jusqu’à la victoire

L’union de tous les personnels est décisive pour obtenir de meilleures conditions de travail, un service public d’éducation vraiment au service de l’émancipation de tou·te·s les élèves et une revalorisation des salaires pour plus d’égalité et la reconnaissance de l’utilité de nos métiers.
 

SUD éducation revendique :
 

  • la titularisation sans condition de tou·te·s les personnels assistant-e-s d’éducation qui le souhaitent par la création d’un statut spécifique ;
  • la titularisation sans condition des AESH qui le souhaitent avec la création d’un statut public d’éducateur/trice scolaire spécialisé·e ;
  • l’augmentation des salaires et la baisse du temps de travail ;
  • l’obtention de la prime REP/REP+ pour tous les personnels travaillant en éducation prioritaire ;
  • le recrutement massif de personnels AED et la fin du recrutement par les chef·fe·s d’établissement : pour un recrutement académique ;
  • l’accès à une formation initiale et continue et l’augmentation du crédit d’heures pour formation ;
  • du matériel de protection fourni par l’employeur et le versement de la prime Covid.

 
Les collectifs d’assistant-e-s d’éducation appellent à une semaine de grève et de mobilisation à compter du 19 janvier 2021. SUD éducation soutient l’auto-organisation des personnels et appelle les assistant·e·s d’éducation à se réunir, à se saisir de cet appel et à se mettre en grève massivement aux dates décidées localement [2] ainsi que le 26 janvier, journée de grève dans l’éducation nationale pour les salaires. Un préavis de grève spécifique a été déposé pour toute la période.


- Notre dossier de mobilisation
- Les rassemblements le 19/01/21
- Toutes et tous en grève le 26 janvier
- Caisse de grève des AE et AESH
- Le communiqué de la fédération SUD éducation sur la prime REP/REP+ pour les AED et AESH

Notes

[1Faites-nous part des dates de réunions virtuelles ou physiques que vous souhaitez voir relayer, ou contactez-nous pour organiser des AG larges ou déposer un rassemblement : [→contact@sudeduc59.lautre.net].

[2Envoyez-nous vos tracts et appels collectifs, nous les relayerons !