Partout dans le monde, malgré les attaques opportunistes contre les droits des salarié·e·s, la résistance au capitalovirus s’organise

(actualisé le )

Gouvernements et patrons prétendent être en guerre contre le coronavirus. En réalité, c’est une guerre contre notre classe sociale qu’ils mènent. Une guerre contre nous, pour leurs profits ! Or la crise sanitaire mondiale est en grande partie la conséquence du système capitaliste : partout dans le monde, les gouvernements ont fait à des degrés divers les mêmes choix ; ils ont commencé par minorer l’ampleur de l’épidémie, avec pour priorité la sauvegarde des profits d’une minorité ? Contre la santé de milliards d’humains.
- Ils sont en guerre … Contre nous ! (25/03/20)

Les organisations syndicales membres du Réseau syndical international de solidarité et de luttes relayent la situation des travailleuses et travailleurs dans le monde entier. Ainsi, plusieurs organisations syndicales italiennes ont appelé à la grève le 25 mars.
- Italie : soutenons les grévistes ! (24/03/20)

Grâce aux retours des camarades intervenant dans les centres d’appels, le Réseau syndical international de solidarité et de luttes est en mesure de dénoncer le manque de protection qui subsiste dans ces services. Dans plusieurs pays, les militant·e·s des organisations du Réseau ont fait des propositions pour que la vie des travailleurs et travailleuses des centres d’appel ne soit pas mise en danger. Dans de nombreux cas, les patrons les refusent, et vont même jusqu’à demander l’intervention des forces répressives de l’Etat pour les obliger à travailler !
- Fermeture de tous les centres d’appels non-essentiels ! (22/03/20)

Les délégué·e·s syndicales/aux OZZ Inicjatywa Pracownicza et NSZZ Solidarność ont quant à elles et eux exigé la fermeture immédiate des entrepôts d’Amazon (et le versement intégral du salaire pendant cette période), parce que le travail à l’intérieur des entrepôts met les salarié·e·s en danger de contracter le virus, et en risque de le propager au sein de la société. Amazon a refusé de discuter de la fermeture des entrepôts en Pologne.
- Amazon Pologne : la direction met le personnel en danger (21/03/20)

La Slovaquie a globalement adopté des mesures plutôt sévères et assez tôt dans la lutte contre la pandémie (les écoles sont fermées depuis deux semaines), le nombre de cas de personnes malades reste donc assez faible. De nombreuses personnes travaillent à domicile et certaines des grandes usines (Volkswagen, Kia etc.) ont été fermées pour une période de 14 jours. Mais le centre logistique de traitement des retours d’Amazon, à Sereď, reste ouvert.
- Slovaquie et coronavirus : témoignages du syndicat Moderné Odbory Amazon (20/03/20)

En Espagne, face à la grave situation et aux conséquences qu’elle peut avoir pour les ouvrier·e·s et la population, les organisations et collectifs Confédération Intersyndicale, COBAS, CGT, Ecologistes en Action, Coordination Baladre et Syndicat des étudiants revendiquent des mesures qui doivent être mises en œuvre d’urgence par le gouvernement pour alléger les souffrances des populations.
- Etat espagnol : stop au coronavirus ! stop aux inégalité sociales ! (20/03/20)

Au Portugal, cependant, les organisations membres du Réseau syndical international de solidarité et de luttes dénoncent la suspension du droit de grève décrété le 19 mars par le gouvernement. L’état d’urgence permet des licenciements sans résistance, dans l’obéissance et le silence. Les entreprises profitent de cette aubaine pour licencier des centaines de travailleurs et travailleuses : Groundforce, TAP, restaurants, hôtels, services…
- Le droit de grève est vital aux travailleurs et travailleuses (20/03/20)

Dans tous les pays, les gouvernements décident de mesures liées à la pandémie de coronavirus. Les incohérences sont nombreuses, et montrent pour l’essentiel le souci de protéger les intérêts patronaux. Et, dans nombre de pays, cela vient après des années de destruction des systèmes de santé, et plus largement de tous les services publics.
- Défendons-nous contre le coronavirus, mais pas seulement (18/03/20)

Déjà, après un mois au cours duquel il n’y a pratiquement pas eu de mobilisations ouvrières en Chine parce qu’une grande partie du pays était en état de confinement, les salarié.es recommencent à mener des actions collectives.
- Les mobilisations collectives redémarrent de plus belle en Chine (20/03/20)

Dès aujourd’hui, plus que jamais, il est urgent d’agir pour défendre un service public de santé. L’épidémie de Covid-19 montre l’importance d’une action coordonnée, non seulement dans nos propres systèmes de santé locaux, mais aussi au niveau national et international. Nous avons besoin d’un système de santé solide et solidaire pour tou·te·s, et d’une coordination efficace à l’échelle européenne et mondiale. Pour ces raisons, le Réseau européen [1], le People’s Health Movement, EPSU [2], Alter Summit et Medact demandent instamment aux décideurs/ses à tous les niveaux d’entreprendre une action immédiate pour protéger la santé publique.
- Investir dans la santé pour tou·te·s : « propager la solidarité, pas le virus » (20/03/20)

À lire aussi
- Le coronavirus et le capitalisme, deux épidémies à combattre
- Quand le ministère du Travail devient le ministère de la continuité économique au détriment de la santé des salarié·e·s
- Le capitalovirus à l’assaut de nos congés
- Pas un centime de dividende pour les actionnaires Lagardère ! Tout pour les personnels de vente !
- Face à la pandémie, retournons la « stratégie du choc » en déferlante de solidarité
- Covid-19 : quelles mesures pour quelle société ?