La précarité tue, communiqué unitaire

La tentative d’immolation d’un camarade de Solidaires étudiant·e·s devant le CROUS de Lyon a entraîné des mobilisations dans tout le pays, à plusieurs reprises, en soutien aux revendications exprimées par ce camarade et pour dénoncer la précarité qui frappe de plus en plus durement les étudiant·e·s.
- Voir la tribune publiée par Solidaires étudiant·e·s (15/11/19)

Les étudiant·e·s de l’Université de Lille se sont aussi mobilisé·e·s en nombre à plusieurs reprises, y compris avec les Gilets Jaunes le 16 novembre, et notamment le 12 novembre, dans une mobilisation qui s’est poursuivie à Lille 2 par l’empêchement d’une conférence de François Hollande, dont la politique a sa part de responsabilités dans la précarité étudiante, et donc dans ce geste dramatique [1].
- Mardi 12 novembre, rassemblement devant le CROUS

Dépourvue de toute décence [2], la présidence de l’Université de Lille met en cause les étudiant·e··s mobilisé·e·s et a annoncé sa décision de porter plainte suite à l’annulation de la conférence.

Le Collectif lillois des précaires de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ; le Collectif lillois pour l’égalité d’accès à l’Université, le SNESUP-FSU | Université de Lille, le SNASUB-FSU | Université de Lille, SUD éducation Nord (Union syndicale Solidaires) I Université de Lille ont produit un communiqué avec le soutien de SUD Recherche EPST - section de Lille pour se déclarer solidaires des étudiant·e·s qui se mobilisent pour exiger des conditions de vie et d’études dignes, dénoncent la criminalisation de la contestation et appellent la présidence de l’université à retirer sa plainte.