Manœuvres d’un ministre discrédité

Suite aux différents suicides qui ont eu lieu depuis la rentrée, dont celui de Christine Renon, directrice d’école, les personnels qui se sont mobilisés massivement ces dernières semaines ont mis en lumière la responsabilité du ministère et plus largement de l’administration de l’Éducation nationale dans la dégradation de leurs conditions de travail.

Le ministère a été contraint d’admettre la dégradation des conditions de travail des personnels, mais les réponses de l’administration aux revendications des personnels sont très largement en-deçà des enjeux.

Le ministre a été contraint par la mobilisation des personnels d’accepter le principe de diminution du nombre de tâches imposées aux chargé-e-s de direction d’école jusqu’à la fin de l’année scolaire. Le ministère a dû également annoncer qu’une journée de décharge supplémentaire serait attribuée aux personnels jusqu’à la fin de l’année scolaire, sans que les modalités ne soient davantage précisées.


- Les conditions de travail tuent, la hiérarchie est complice, fédération SUD éducation (11/10/19)
- Le travail tue, l’Éducation nationale se tait, SUD éducation Nord (29/09/19)
- Le travail tue, protégeons nous, SUD éducation Hérault (26/09/19)
- Dossier Suicides à l’Éducation Nationale