En juin, en grève de la maternelle à l’université pour le service public d’éducation !

(actualisé le )


Mise à jour du 19 juin

voir les tracts et appels
l’appel du 18 juin de l’AG des personnels d’éducation en lutte
la compilation des appels d’ailleurs




Ça bouge partout ! On s’y met aussi en grand nombre ?

PARTOUT DES COLLÈGUES SE MOBILISENT :
DE LA MATERNELLE A L’UNIVERSITÉ, REJOIGNONS-LES TOUTES ET TOUS !




Communiqué de presse – AG des professeur·e·s de philosophie de Toulouse, 18 juin 2019

Les professeurs de philosophie de l’académie de Toulouse qui se sont réunis en assemblée générale spontanée ce mardi 18 juin, à l’occasion de la réunion d’entente académique, se sont entendus à une très large majorité (90 pour, 7 contres, 9 ne prenant pas part au vote, 1 abstention) pour mener plusieurs actions concernant l’examen du baccalauréat pour s’opposer aux réformes et à la loi portées par le ministre Jean-Michel Blanquer.

Ils ont adopté le principe d’un calendrier (voir ci-dessous) qui s’inscrit dans la continuité des luttes menées depuis plusieurs mois par des personnels de l’éducation nationale des premiers et seconds degrés, au lendemain de la grève historique des surveillances du baccalauréat qui a eu lieu hier, lundi 17 juin et a été reconduite dans plusieurs académies aujourd’hui et les jours suivants.

Cette assemblée a été précédée par un blocage du centre où étaient organisées les commissions, décidé le matin même par l’assemblée générale des grévistes de l’académie de Toulouse, qui rassemble des personnels de tous les degrés de l’Éducation nationale engagés dans la lutte contre l’ensemble de ces attaques sans précédents menées contre l’école publique.

Dans l’attente de voir le ministère et le gouvernement revenir sur ces réformes et ouvrir le plus rapidement possible de véritables discussions avec les enseignants, en rappelant que la très grande majorité d’entre eux y sont hostiles et déplorent, notamment en philosophie, la quasi absence d’échanges avec leur hiérarchie et la parodie de consultation par laquelle ces mesures ont été faussement légitimées, l’assemblée générale des professeurs de philosophie a adopté le calendrier suivant :

  • Elle appelle à participer à la grève du jeudi 27, jour des épreuves du brevet des collèges, et à se réunir le même jour en assemblée générale à l’occasion des réunions d’harmonisation, et invite tous les collègues de philosophie de toutes les académies à en faire autant.

  • Elle a décidé de procéder à la rétention des notes de philosophie, et ce pour une durée indéterminée, tant que de réelles avancées n’ont pas été réalisées. En effet, soucieux d’accomplir au mieux leur mission et d’assumer consciencieusement les responsabilités qui leur incombent en tant qu’enseignants et en tant qu’examinateurs, ils corrigeront les copies qui leur ont été remises mais conserveront secrètes les notes au-delà de la date butoir du 2 juillet. Cette rétention aura inévitablement pour effet d’empêcher la tenue des jurys de délibérations, prévus le jeudi 4 juillet, donc la publication des résultats le vendredi 5 juillet. L’assemblée invite tous les collègues de toutes les matières de toute la France à engager de leur côté une telle action.

  • Enfin, elle a décidé d’appeler à la grève des jurys de délibération, si aucune réponse n’a été apportée jusque-là.

De telles actions sont historiques et seul le ministère et le gouvernement en portent la responsabilité. Par ces décisions, l’assemblée générale des professeurs de philosophie de l’académie de Toulouse envoie un appel à tous les collègues de toutes les disciplines partout en France, afin de remporter enfin la victoire contre ces politiques qui entendent détruire l’éducation publique et ses principes fondamentaux.


Versailles

Une AG de 120 correcteurs/trices s’est prononcée pour la non prise en charge reconductible des copies ( environ 50 votes "pour" de mémoire...).

Communiqué de l’Assemblée Générale des professeur·e·s de l’Académie de Versailles

Les professeur.e.s de philosophie de l’académie de Versailles, réuni.e.s en AG le 18 juin 2019 au lycée Léonard de Vinci de Levallois-Perret, réaffirment leur opposition à la réforme Blanquer et à Parcoursup, et soutiennent les revendications de l’intersyndicale exprimées dans leur communiqué en date du 17 juin 2019.

À une très large majorité, nous avons décidé de poursuivre le mouvement initié le lundi 17, premier jour des épreuves écrites du baccalauréat. Pour prolonger la grève des surveillances menée par de nombreux collègues dans les établissements de France, et reconduite ce jour, nous avons pris collectivement la décision de ne pas aller retirer nos copies, et ce de manière reconductible, afin que le Ministère daigne ouvrir des négociations sur une réforme précipitée et largement désapprouvée par les personnels de l’Éducation Nationale.

Des actions supplémentaires sont également discutés, comme la rétention des notes ou une notation fictive des copies.

Nous appelons l’ensemble des collègues de toutes les disciplines à se réunir en assemblée générale et à discuter des modalités d’action destinées à ouvrir ces négociations.


Académie de Rouen

29 collègues (sur 49 présents à l’AG), correcteurs/trices de l’épreuve de Philosophie du Bac, ont décidé de prendre les copies, de les corriger mais de faire la rétention des notes jusqu’à ce qu’il y ait des négociations d’engagées, avec dépôt chez un huissier.

Aix Marseille
Communiqué de l’Assemblée générale des professeur·e·s de philosophie de l’académie d’Aix-Marseille du mardi 18 juin 2019

Les professeur·e·s de philosophie ont pris connaissance du projet de programme publié par le Conseil Supérieur des Programmes. Ce programme n’est le résultat d’aucun dialogue. Les enseignants demandent que le programme de philosophie de Terminale ne soit pas publié au BO sans qu’une concertation ait été organisée dans les académies sous la forme de réunions sur le temps de service.

Ils et elles s’opposent dans leur très grande majorité :

  • à la réforme du lycée qui dégrade les conditions d’étude des élèves et les conditions de travail des enseignants
  • à la réforme du baccalauréat qui en fait un examen local au détriment de l’égale valeur du diplôme sur le territoire
  • à la sélection à l’entrée à l’université
  • aux suppressions de poste
  • à la loi Blanquer
  • à la réforme de la fonction publique qui n’est autre que son démantèlement.

Ils et elles demandent que suite à la mobilisation des enseignants le Ministre ouvre des négociations en vue de la rentrée 2019.


Créteil

La rétention des notes sur l’AG de Créteil des professeur·e·s de philosophie a donné les résultats suivants : 95 présent·e·s (2/3 des collègues représenté·e·s). 52 POUR la rétention des notes et 24 abstention.


Dijon

il y a eu ce matin (18/06/19) la commission d’entente de philosophie à Dijon. On était une petite dizaine de grévistes non profs de philo et entre 80 et 100 profs de philo. Cette commission s’est transformée en réunion pour décider de la suite du mouvement. Il y a eu discussion, et un texte a été produit pour dénoncer les réformes.

La majorité des collègues votants a appelé à la rétention de notes pour retarder les résultats du bac (47 pour sur 79 votants). Au delà de la philo, les profs de philo attendent que les autres disciplines les rejoignent.




ET DANS TON ECOLE, TON ETABLISSEMENT, SON UNIVERSITE ?

N’attendons pas d’avoir à nous plaindre individuellement et encore plus de nos conditions de travail, de nos salaires, du tri social massif et de l’état du service public d’éducation,

mobilisons-nous collectivement partout !

Attention erratum : l’assemblée générale de l’éducation de la Métropole lilloise se réunira à 16h30 à la Bourse du travail de Lille, salle polyvalente 254 Bd de l’Usine - et non à 18h30 comme indiqué préalablement : l’intersyndicale et l’AG du 11 juin ont souhaité en avancer l’horaire.

D’autre part, l’assemblée générale intersyndicale CGT, FO, SNES, SUD éducation Nord et inter-collectifs académiques, qui s’est réunie le mardi 11 juin à Lille, appelle à :

Rassemblement unitaire contre le projet Blanquer, pour de meilleures conditions de travail et pour la revalorisation des salaires de tous les personnels de la maternelle à l’université
LUNDI 17 JUIN • 14H00 RECTORAT DE L’ACADEMIE DE LILLE
20, rue Saint-Jacques

- Le tract de SUD éducation Nord (tenez compte de l’erratum néanmoins)
- Le préavis de la fédération SUD éducation du 17 juin au 13 juillet

Enfin, plusieurs rassemblements auront lieu devant des lycées de la Métropole lilloise et du Valenciennois dès 7h30 à l’occasion de la première épreuve écrite du baccalauréat. Participons nombreuses et nombreux aux rassemblements, première action en direction des examens, au rassemblement devant le rectorat, et aux assemblées générales pour décider des suites à donner à la mobilisation dans les jours qui viennent.

Les rassemblements et tractages locaux prévus selon nos informations

Cambrai • mairie, 9h30
Douai • sous-préfecture, 10h00
Hazebrouck • Lycée des Flandres, 7h30
La Madeleine • Lycée Valentine Labbé, 7h30
LILLE • RASSEMBLEMENT DEVANT LE RECTORAT, 14h00 mais n’hésitez pas à arriver un peu plus tôt
Tourcoing • Lycée Colbert, 7h00
Valenciennes • Lycée Watteau, 7h30 • Lycée Wallon, 11h00
Villeneuve d’Ascq • Lycée Queneau, 7h30
Si vous souhaitez que nous les diffusions, envoyez-nous vos informations sur les actions menées localement dans le cadre de cette mobilisation.


Communiqué de la fédération des syndicats SUD éducation

Depuis des mois, des personnels de l’Éducation nationale sont en lutte dans tout le pays contre les projets ultra-libéraux et réactionnaires du gouvernement. Les personnels du premier degré sont particulièrement mobilisés contre le projet de loi Blanquer. Plusieurs lycées seront bloqués pour la première épreuve du baccalauréat.

Le 13 juin, la commission mixte paritaire rassemblant membres du Sénat et de l’Assemblée nationale est revenue sur certaines des dispositions les plus réactionnaires et les plus autoritaires. Cela prouve que la lutte paye !

Ont notamment été retirés :

  • l’interdiction pour les mères portant le voile d’accompagner les sorties scolaires, une mesure de stigmatisation et de relégation des musulmanes ;
  • la suspension du versement des allocations familiales aux familles d’enfants en décrochage scolaire, une mesure destinée à stigmatiser les enfants issus des classes populaires ;
  • la tentative d’imposer la formation professionnelle des enseignant-e-s du second degré durant les congés scolaires ;
  • la généralisation du recrutement par le chef d’établissement ;
  • le statut hiérarchique donné à la direction d’école, tout comme les regroupements d’écoles autour du collège de secteur, avait été abandonné un peu plus tôt sous la pression des personnels.

C’est par la lutte que les personnels ont arraché ces reculs du ministre et des parlementaires. Malgré les intimidations, les menaces, la répression, la forte mobilisation des personnels a contraint le ministre Blanquer à céder sur certaines de ses orientations les plus caporalistes.

Mais la lutte n’est pas finie. Article 1 sur le devoir « d’exemplarité », drapeaux dans les salles de classe, cadeaux au privé (financement des maternelles privées) et aux classes supérieures (écoles internationales sélectives), attaques sur les statuts (tentatives d’annualisation du service, embauche d’AED pour assurer les cours…) : ce projet de loi n’est toujours ni acceptable, ni amendable. Avec les personnels, SUD éducation en exige le retrait pur et simple.

Alors que les personnels se mobilisent également dans le second degré contre la réforme de tri social du baccalauréat et des lycées, le 17 juin sera un point d’appui important pour faire céder le gouvernement. Dans ce contexte, SUD éducation appelle tous les personnels de la maternelle à l’université à poursuivre les actions locales, à faire du 17 juin, premier jour des épreuves du baccalauréat, un succès, et décider des suites, pour :

  • le retrait complet du projet de loi Blanquer ;
  • le retrait des réformes des lycées et du baccalauréat.

- Pour télécharger le communiqué de la fédération des syndicats SUD éducation (14/06/19)
- Pour en savoir plus, vous pouvez consulter l’article du 13 juin du Café pédagogique, et sur le même site l’actualité de l’éducation du 7 au 14 juin






Documents à afficher



- Le dossier « à partir du 17 juin » de la fédération des syndicat SUD éducation
- L’appel unitaire à la grève le 17 juin
- Appel à la mobilisation pour l’orientation le 18 juin
- La page de l’AG du 11 juin à Lille
- La page de l’AG du 13 juin à Valenciennes
- La grève des examens en 6 questions
- AE, AP, AESH, grève et surveillance des examens
- Le préavis de grève du 17 juin au 13 juillet
- Les préavis de SUD éducation Nord
- Pour le panneau syndical, le 13 juin et au-delà

À lire aussi
Circulaire de rentrée, tentative de mise au pas des personnels du 1er degré
Circulaire Blanquer de rentrée 2019 : infantilisation et autoritarisme
Répression du mouvement social dans l’éducation, cartographie
Nos solidarités et revendications, 4-pages fédéral