9 mai : toutes et tous en grève et dans la rue !

(actualisé le )

Nouvelle étape dans la mobilisation unitaire et convergente : le volet Education et Fonction publique ! SUD éducation Nord, la fédération SUD éducation, Solidaires Nord et l’Union syndicale Solidaires appellent à la grève et à manifester nombreuses et nombreux le jeudi 9 mai. Réunissons-nous en AG locale ou de secteur, professionnelle ou interprofessionnelle, pour construire la grève reconductible.

télécharger une version affichable de cet article


Appel à mobilisation générale dans l’éducation

Le contexte social est explosif. Un peu partout les personnes mobilisées se réunissent en assemblées générales et s’organisent pour développer les luttes dans de très nombreux secteurs (pour le climat, pour la justice sociale, pour les services publics, pour les retraites, pour les libertés fondamentales, etc.) via de multiples collectifs.

La répression est féroce car le pouvoir politique mis en place avec l’aide des grand·e·s rentier·e·s de fait a peur. Il lâche quelques miettes, mais ne propose à aucun moment un changement de système ni même une inflexion de sa logique capitaliste : toute son énergie est mise au service du profit des riches et super-riches, bien loin de la justice sociale et environnementale.

Dans l’éducation, le projet d’école de Blanquer, l’école du tri social, vise à favoriser encore plus les situations de rente sociale et culturelle (fin programmée du service public d’orientation, concurrence entre établissements, logique de projets pour l’attribution des moyens...), et à organiser une fuite en avant productiviste pressurisant les personnels (réunionite industrielle, explosion des tâches, seconde heure sup’ obligatoire...) avec :

  • pour le premier degré, un texte sur l’école à trois ans qui sera une manne financière pour l’école privée, des annonces fumeuses sur les effectifs qui feront exploser la concurrence des moyens, la soumission des écoles à une logique de pôles avec des écoles rattachées à des collèges dans le cadre des Établissements publics des Savoirs fondamentaux (EPSF) ;
  • pour le collège, des économies drastiques de moyens pour financer le reste, des programmes lourds avec des éléments réactionnaires, toujours plus de pressions hiérarchiques sur les personnels, une école inclusive qui sera seulement prétexte à attaquer les SEGPA et à diminuer les places spécialisées, une idéologie des parcours inégalitaire ;
  • pour l’enseignement professionnel, le développement de l’apprentissage et de la soumission des choix d’étude au monde économique local, une très forte baisse des enseignements généraux, une dégradation des formations, des conditions de travail particulièrement éprouvantes pour les personnels comme les élèves ;
  • pour les lycées technologique et général, une opacité organisée des filières, l’explosion du cadre collectif des élèves au profit d’une individualisation des parcours scolaires, des programmes très réactionnaires et une atteinte violente à la liberté pédagogique dans plusieurs matières, une désorganisation organisée des conditions de travail de toutes et tous, la concurrence des options et la concurrence effrénée entre les lycées – les publics favorisés bénéficieront des choix les plus adéquats à la reproduction sociale avec un handicap de moyens ;
  • pour le supérieur, parcoursup poursuit brutalement le tri social dans l’opacité, et rend très visible la fin de l’université accessible à toutes et tous, la hausse massive des frais pour les étudiant·e·s étrangèr·e·s n’est qu’une première étape avant un système de reproduction sociale à l’anglo-saxonne, l’autonomie des universités toujours plus poussée s’enlise dans les classements concurrentiels permanents.

Ce projet s’articule en renforçant le contrôle institutionnel sur les personnels, les élèves et les étudiant·e·s. Le mépris des personnes est très net, entre l’autoritarisme des petit·e·s chef·fe·s et les fins d’emploi d’un grand nombre de nos collègues en contrats précaires. Et Big-Blanquer ose pourtant nous faire le coup de la novlangue jusqu’au nom de son projet d’école : l’école de la confiance (sic !), avec toute cette défiance à tous les niveaux ! Il ose tout, on le reconnaît bien là ! Ca suffit, on se mobilise !

C’est le bon moment pour stopper cette arrogance délétère et revendiquer une éducation émancipatrice pour toutes et tous de la maternelle à l’université, des conditions de travail dignes pour les personnels de toutes les catégories et pour tou·te·s les élèves, mettre un coup d’arrêt à la précarisation généralisée et exiger des revalorisations salariales.

Dans la région, depuis plusieurs mois, entre des réunions unitaires de mobilisation, les actions du Collectif des Stylos Rouges de l’académie de Lille [1], la mobilisation du Collectif des Profs de Lettres de l’académie de Lille [2], les luttes d’écoles ou de collèges contre des suppressions de postes par exemple en SEGPA et les actions locales ou nationales déclinées localement, se développent des foyers de résistance que nous devons faire converger, pour construire une grève massive, unitaire et reconductible, afin de faire basculer le rapport de forces en faveur du progrès social et de l’émancipation individuelle et collective.

Dans plusieurs régions, des collègues se sont massivement mobilisé·e·s, parfois jusqu’à la grève reconductible, très souvent dans une logique de convergence avec la défense des services publics ou pour la justice fiscale, sociale et environnementale. Des Assemblées Générales ont pu réunir plusieurs centaines de personnes, des grèves, des actions de blocage, des journées école morte, des grèves d’examens ont été organisées...

Dans ce contexte, SUD éducation Nord appelle à rejoindre et soutenir les collectifs de lutte et à construire collectivement la grève reconductible, la plus large possible. Dans un premier temps, SUD éducation Nord appelle à se mettre en grève le jeudi 9 mai, journée de mobilisation unitaire initialement « Fonction publique », et à participer nombreuses et nombreux à la

En grève le jeudi 9 mai !
DUNKERQUE • 10H00 PLACE DE LA GARE
LILLE • 14H30 PORTE DE PARIS • Manifestation régionale unitaire

Dans la perspective de poursuivre et d’amplifier les luttes après le 9 mai, SUD éducation Nord appelle à utiliser les préavis de grève que nous déposons chaque semaine pour participer à toutes les actions et mobilisations contre ces réformes favorisant la construction d’une grève massive. SUD éducation Nord appelle les professeur·e·s des écoles à remplir des « intentions de grève » faisant également figurer les jours suivants le 9 mai, en guise de coup de semonce et pour être prêt·e·s à toute éventualité [3].

- Le tract de SUD éducation Nord
- Le tract de la fédération des syndicats SUD éducation

- Contre l’école Blanquer, dossier de la fédération SUD éducation
- Les annonces ministérielles décryptées par la fédération SUD éducation
- On ne veut pas d’entourloupe mais des moyens, communiqué de la fédération SUD éducation
- Appel de l’inter-fédérale de l’éducation pour le 9 mai
- Communiqué de l’intersyndicale de l’enseignement supérieur et la recherche pour le 9 mai
- Le panneau syndical de la fédération SUD éducation
- Préavis de la fédération SUD éducation du 22 avril au 22 juin
- Les préavis de SUD éducation Nord


Mobilisation générale pour les services publics !

Ce qui se passe dans l’Education n’est qu’un volet des attaques ultra-libérales contre toute la Fonction publique. Le gouvernement voudrait pouvoir sous-traiter un maximum de missions pour faire des économies budgétaires mais aussi par idôlatrie de la privatisation (il n’y a qu’à voir son forcing pour la privatisation d’Aéroport de Paris, ce sont ses copains et copines qui seront content·e·s).

Le statut de la Fonction publique est attaqué avec le projet de loi dite de transformation de l’État (augmentation du recours aux personnels contractuels, démantèlement des commissions paritaires de suivi des carrières). Le gouvernement voudrait le faire adopter d’ici au début de l’été. De plus le point d’indice continue à être gelé et le jour de carence a été rétabli.

L’avenir de la Fonction publique et de ses agent-e-s et celui de services publics pour toute la population sont en danger. Le gouvernement pratique le double langage en prônant la modernisation de la Fonction publique et le respect des agent·e·s publics/ques, alors même qu’il dénature et vide de leur sens les métiers, qu’il ne revalorise pas les rémunérations, qu’il supprime des postes de titulaires, qu’il organise une forte dégradation des conditions de travail, en altérant grandement la capacité des services à remplir leur tâche d’intérêt général.

Avec le recours accru au recrutement de contractuel·le·s à tous les niveaux et la création du « contrat de projet », la précarité sera encore aggravée : ce contrat non transformable en CDI n’offrirait aucune garantie et pourrait être rompu à tout moment au bon vouloir de l’employeur ; un contrat qui instaure de fait la précarité à vie !

En s’attaquant au statut de la fonction publique et à l’égalité d’accès aux emplois publics, ce projet menace ainsi les garanties fondamentales de neutralité, de continuité, de compétence et d’indépendance nécessaires à un service public de qualité accessible à toutes et tous sur l’ensemble du territoire.

L’Union syndicale Solidaires Nord appelle l’ensemble des fonctionnaires et salarié·e·s, des étudiant·e·s, des privé·e·s d’emploi, des retraité·e·s à se saisir de cette journée, dans l’unité du privé et du public. Elle refuse la division et la résignation et invite à tenir des assemblées professionnelles ou de secteur pour décider collectivement d’une éventuelle reconduction le 10 et construire les conditions d’une grève générale à même de nous engager sur la voie du progrès social et de la liberté.

- Le 9 mai et on continue, tract de Solidaires Nord
- Le tract de Solidaires Fonction publique
- Le dossier de mobilisation de Solidaires Fonction publique
- Le communiqué intersyndical appelant à la grève le 9 mai
- Le préavis de grève de Solidaires Fonction publique pour le 9 mai
- L’appel des retraité·e·s à défendre les services publics


Mobilisation générale pour toutes et tous, dans tous les secteurs !

Cette précarisation massive et ce fractionnement social sont en fait à l’oeuvre dans tous les secteurs de la société. Un rapport parle d’augmenter le temps de travail. Les retraites sont encore menacées. Il est encore question de contrôler encore plus les privé·e·s d’emploi. Les conditions de vie et de travail se dégradent très fortement.

Intensifions la mobilisation, faisons converge nos lutte : c’est toutes et tous ensemble que nous pouvons gagner. Le mouvement doit s’étendre, se renforcer et se durcir, pour renverser la vapeur, pour une autre école et pour une autre société… de justice sociale, de coopération et d’égalité plutôt que de compétition, de hiérarchie et de tri social.

C’est pourquoi l’Union syndicale Solidaires Nord appelle toutes et tous, du public et du privé, fonctionnaires et salarié-e-s, étudiant-e-s et lycéen-ne-s, privé-e-s d’emploi et retraité-e-s, avec ou sans gilet à manifester chaque samedi dans les actes des Gilets Jaunes, et le 9 mai avec l’intersyndicale unitaire.

L’Union interprofessionnelle Solidaires Nord appelle les syndiqué·e·s et non-syndiqué·e·s à s’organiser dans l’unité, en assemblées générales professionnelles, interprofessionnelles et territoriales afin de se donner les moyens d’une grève générale reconductible, d’un blocage économique complet pour, ensemble, faire reculer l’ordre capitaliste qui profite de nos divisions pour obtenir notre soumission.

Amplifions la lutte pour le partage des richesses, la transition écologique et la transformation sociale !

- Du 1er au 9 mai et après, tract de Solidaires Nord
- Un grand débat qui se conclut par… toujours plus de macronisme
- Augmentez nos salaires, campagne de Solidaires
- Construisons une mobilisation unitaire et très large, par SUD éducation Nord
- Travailler plus pour travailler plus… le système transparent et universel de Macron !
- *** Le Journal des Luttes ***