En manif ou en AG, construction de la convergence des luttes

(actualisé le )

Le mardi 5 février, nous avons vécu une manifestation bigarrée et joyeuse, d’environ 3 000 personnes à vue de nez, où tous les drapeaux, chasubles, autocollants et vêtements divers se mélangeaient beaucoup plus qu’à l’accoutumée, dans une ambiance revendicative déterminée, où les échanges entre personnes mobilisées étaient plutôt spontanés et s’affranchissaient des chapelles habituelles.

Les manifestant-es ont été dans leur très grande majorité très surpris-es de voir le cortège s’arrêter place de l’Opéra, au lieu de continuer jusqu’à la place de la république : un parcours bien plus court que d’habitude avait été déposé, et peu de personnes étaient au courant.

La grand’place s’est donc bientôt remplie de manifestant-es désireux/ses de poursuivre la manifestation rue nationale. Mais l’intégralité des accès à la place, hormis la jonction avec la place de l’Opéra, étaient barrés par des forces policières en nombre.

C’était le statu quo, dans la même ambiance bon enfant et pacifique qui avait régné dans la manifestation, lorsque tout à coup la place a été aspergée de lacrymogènes. Quelques familles ont précipitamment quitté la place avec leur jeune enfant en poussette, dans un nuage de gaz, et leur départ a été facilité par les manifestant-es. La camionnette de Solidaires, qui envisageait de poursuivre la manifestation sur le trajet habituel, a été la cible directe des forces de la répression, et deux grenades lacrymogènes ont été tirées à l’intérieur du camion de notre Union interprofessionnelle – quelques drapeaux ont roussi mais nos camarades à l’intérieur, quoique larmoyant, n’ont pas été blessés.

L’impossibilité de poursuivre la manifestation sur le trajet habituel, la répression policière [1] et la perspective de l’assemblée générale de lutte prévue après la manifestation à la Bourse du travail, ont motivé une bonne partie des manifestant-es à partir en cortège spontané vers la Bourse, en remontant la rue Faidherbe pour rejoindre Fives en cortège en passant près de la Cité administrative. Pendant ce temps, alors que la majorité de leur base poursuivait la manifestation, quelques camionnettes de syndicats se sont malheureusement éclipsées.

Cependant, dans une unité tout aussi diverse et joyeuse que pour la première partie de manifestation, le gros du cortège a poursuivi. Mais en multipliant les interventions, les positionnements massifs et les tirs de lacrymogènes, la police a confirmé son atteinte au droit constitutionnel de manifester – il faut dire qu’on sait désormais, avec le vote de la loi dite « anti-casseurs », le respect qu’en ont le ministre de l’Intérieur et la grande majorité des député-es.

Ce contexte répressif n’a pas fragilisé l’unité, au contraire : une centaine de personnes a fini par se retrouver à la Bourse du travail et commencer l’assemblée générale de convergence et de lutte. Plusieurs collectifs et organisations étaient présents : Gilets Jaunes, Stylos Rouges, AESH 59/62, CGT, SNESup-FSU, SUD, Solidaires Nord. Des militant-es de SUD éducation ont relevé quelques éléments du débat.

L’assemblée générale de convergence

  • Point sur la manifestation d’aujourd’hui

Belle manifestation très mélangée de porte de Paris à la gare, Gilets Jaunes, Stylos Rouges, CGT, CNT, FO, SUD-Solidaires se mêlaient en une manifestation festive.

Questionnements sur la fin de la manifestation officielle place de l’Opéra, la plupart des manifestant-es n’étaient pas au courant. Le parcours déposé par une organisation est mis en cause, notamment parce que la police a nassé tout autour de la grand’place alors que les manifestant-es voulaient continuer, et elle s’était visiblement préparée à « accueillir » les manifestant-es. Il y a eu des lacrymogènes, des enfants en poussette ont même reçu des gaz. Une grande partie du cortège a cherché à rejoindre la Bourse du travail en manifestation au départ de la grand’place. Tout au long du parcours, de nombreux tirs de lacrymogènes, et le refus de la police de laisser les manifestant-es rejoindre la Bourse pour l’AG prévue. Il y aurait eu des arrestations.

L’AG appelle à l’unité la plus large possible, et à ne pas se laisser intimider : l’attitude de la police contre le droit de manifester est inacceptable, alors que les intentions et les attitudes sont pacifiques. Il faut dénoncer la police de Macron et Castaner. La question de toujours poser un parcours est ouverte, puisque la police en profite pour organiser la répression, et créer le trouble afin de dissuader les personnes de rejoindre les manifestations. Le seul moyen de se faire entendre face à un gouvernement qui ne veut rien lâcher, puisque les revendications mettent directement en cause ses fondamentaux de confiscation du pouvoir, de défense des riches et du capitalisme, c’est de mettre du grabuge. Mais on doit aussi construire la mobilisation et l’élargir, construire la convergence. Regardons devant, dans l’unité !

  • Convergences

Les Stylos Rouges militent pour une reconnaissance du travail, notamment des enseignant-es. Ils et elles soulignent la précarité des conditions de travail des AESH, et les attaques contre l’école pour toutes et tous. Ils et elles indiquent le projet du ministère d’empêcher la libre expression et alertent sur le fait que ce n’est que le début.

La Marche pour le Climat est très vivante dans la région, on peut s’y associer sur certains mots d’ordre communs, comme par exemple la gratuité des transports publics. On en parle, cela existe ou est expérimenté à Calais, Dunkerque, Valenciennes… Et à Lille, une des villes les plus polluées de particules de la région, c’est pour quand ?

70 millions d’euros sont investis dans les portiques du métro, après une décision de Darmanin avant qu’il soit ministre. Dans le même temps, on risque la prison rien qu’en fraudant le métro… ça suffit ! On peut en faire des choses avec 70 millions d’euros, pour les SDF dans la rue ou pour expérimenter la gratuité dans les transports un jour par semaine.

A noter les conducteurs/trices de bus n’étaient pas vraiment au courant qu’il y avait une grève aujourd’hui. Ils et elles sont pourtant en colère. Le 28 janvier le réseau a été modifié, il y a des bus plus souvent… mais en réalité les trajets sont raccourcis, et tou-tes les intérimaires ont été viré-es.

→ Proposition de faire de l’Acte XIV une manifestation avec la revendication « transport gratuit dans toute la région ».

Les dépenses d’argent public sont dénoncées sur les grands projets inutiles, comme les portiques dans le métro ou mieux encore le Grand Stade, alors qu’il y a mieux à faire… On peut imaginer de revendiquer la fin des dépenses publiques liées au Grand Stade. Mais il faut aussi se poser la question : où va cet argent ? qui ces dépenses enrichissent-elles ? Chaque fois que des travaux sont faits, ce sont les mêmes boîtes, les mêmes copains du pouvoir, on doit demander des comptes. Les travaux sont faits et refaits, et toujours on retrouve Eiffage, Bouygues, Vinci. Les grosses boîtes se font du beurre sur notre dos, et pendant ce temps l’école se paupérise, des services publics ferment, la santé est au bord du burn-out. Il y a aussi beaucoup de sous-traitance.

La commission Entreprise des Gilets Jaunes de la Métropole lilloise présente un tract réalisé pour s’adresser aux travailleurs/ses, et les pousser à se mobiliser, pour être plus nombreux/ses lors des manifestations. Si on ne fait que des manifestations du même volume, on récoltera surtout des lacrymo. Il faut réussir à arrêter l’économie et pour cela préparer la grève générale. Celle-ci ne se décrètera pas d’en-haut, il faut l’appui de tout le monde, de toutes les organisations, jeter aux orties les querelles de chapelle.
→ Samedi 9 février 11h avant l’Acte XIV – Commission Entreprise des Gilets Jaunes.

Les Gilets Jaunes ont soutenu les ouvrier-es d’Arques en grève. La direction de l’entreprise avait prévu un plan les obligeant à travailler gratuitement 20 jours de plus. Ils et elles étaient mobilisé-es, le soutien important des Gilets Jaunes a fait reculer la direction qui a abandonné le plan prévu. La solidarité paye ! Soyons toutes et tous sur toutes les actions, soyons solidaires, les luttes doivent converger.

Les Gilets Jaunes ont mené une action diffusion/discussion au CHR, au moment du roulement entre les équipes de nuit et de jour. Il en ressort que la logique de rentabilité imprègne visiblement toute la santé.

Les Gilets Jaunes ont occupé le siège de la région le matin de la manifestation.

Le gouvernement craint la convergence si elle agit contre son pouvoir. Les prix à la consommation augmentent, les péages augmentent, tout le monde est concerné et le tour de passe-passe de Macron sur la prime d’activité ne trompe personne. Tapons-les où ça fait mal, bloquons l’économie. Les grèves étalées ne sont pas vraiment efficaces, un cheminot témoigne, le calendrier de la grève étalée était une mauvaise idée et les grévistes attendaient la prochaine date au lieu d’agir. Il faut organiser des actions fortes régulières contre l’économie, c’est là qu’est leur pouvoir.

  • Anti-répression
    • 4 membres du bureau du CSP 59 ont été arrêtés, deux ont depuis été relâchés.
    • Notre camarade de longue date, Mohammed, est au moment de l’AG détenu à Coquelle.
    • Arnaud, Gilets Jaunes de Comines, a été arrêté chez lui à 7h du matin, et a été placé en garde à vue, pour avoir posté une vidéo sur sa page facebook où on entend quelqu’un (pas lui) proférer des insultes contre la police.
    • Suite à la manifestation d’aujourd’hui, il y aurait eu de 5 à 30 arrestations (Sous-réserve, d’où l’importance d’être vigilant-e entre camarades).
  • Types d’actions et manifestations
    Si on laisse de côté les manifestations purement syndicales, deux grands types d’action sont identifiées :
    • les actions coups de poing à bien préparer ;
    • les actions destinées à rassembler le plus de monde possible, il faut donc faire le travail nécessaire.
  • Propositions d’actions
    • Des propositions de blocage économique sont discutées.
    • Tractage régulier dans les entreprises et les services, discussions avec les salarié-es
    • Pour les tractages il faut beaucoup de papier, à trouver quand et où c’est possible. Il faut multiplier les tractages y compris dans les manifestations.
    • Soutenir les mobilisations pour l’emploi des salarié-es de la région.
    • En préparation : une pièce de théâtre autour du dernier livre des Pinçon-Charlot.
    • En préparation : un concert.
  • A propos des manifestations
    • Proposition de faire de l’Acte XIV une manifestation avec la revendication « transport gratuit dans toute la région ».
    • Information : d’après Le Monde, la CGT appellerait à des manifestations tous les mardis.
    • Le spectre des grèves perlées est souligné, comme l’intérêt néanmoins de cet engagement annoncé. L’AG voudrait en arriver à la grève tous les jours.
    • La question de la reconduction sera difficile à poser avant les vacances de février. Il faut donc manifester tous les samedis jusqu’au retour des vacances, dans le but d’élargir le mouvement. Pour l’instant seul un rassemblement va être déclaré pour samedi, mais dans le débat il est question des personnes qui hésitent encore à manifester, ou qui ne peuvent pas physiquement ou ne sont pas prêtes pour une manifestation sauvage : il est donc nécessaire de déposer les manifestations tant que le mouvement n’est pas plus large.
    • La proposition de déposer les parcours pour l’instant fait consensus.
    • En préparation : une manifestation internationale à Lille.
  • Rendez-vous

Mardi 5 février – Aller devant le commissariat en soutien aux camarades arrêté-es

Mercredi 6 février – 14h30 rassemblement devant le rectorat de Lille

Appel : collectif AESH 59/62, intersyndicale académique, collectif des Stylos Rouges de l’académie de Lille

Vendredi 8 février – 14h00 rassemblement de soutien à Arnaud devant le Tribunal de Grande Instance de Lille, avenue du Peuple Belge. Appel de l’AG à un rassemblement de solidarité massif.

Samedi 9 février – 5h RV envisagé
– 13h30 place de la république Acte XIV

Lundi 11 février – rassemblement devant l’Assemblée nationale à l’appel du collectif des Stylos Rouges de l’académie de Lille. Organisation en cours et à confirmer.

Samedi 16 février – Acte XIV de la mobilisation des Gilets Jaunes

Samedi 23 février – Manifestation des Gilets Jaunes de Bruxelles
Acte XV de la mobilisation des Gilets Jaunes

Samedi 2 mars – Acte XV de la mobilisation des Gilets Jaunes : manifestation internationale à Lille

Facebook des Gilets Jaunes et sites des organisations syndicales à consulter pour les autres rendez-vous.


- Le Journal des Luttes
- La page du Collectif des Stylos Rouges de l’académie de Lille
- Solidaires Nord & Gilets Jaunes
- Union syndicale Solidaires : c’est tou·te·s ensemble qu’on va gagner
- Le site des Gilets Jaunes des Hauts de France