L’enseignement supérieur et la recherche encore attaqués

Création de 34 000 places dans l’enseignement supérieur, dont 5000 en BTS (le reste à l’université et en IFSI) : mais où sont les enseignant·e·s  ? où sont les salles  ? SUD éducation et SUD Recherche EPST alertent sur la situation dramatique de l’enseignement supérieur et la recherche. Ces annonces du ministère ont lieu au même moment où le ministère défait les statuts de l’ESR, en ouvrant une large brèche au privé et à une extension sans précédent de la précarité. Et alors que des politicien·ne·s sans scrupule multiplient les propos indignes contre le supérieur et la recherche, dans une vision fantasmée de l’université. Déclaration au CTMESR et communiqués.

Le 22 juin 2021, lors d’une séance de questions à l’Assemblée Nationale au cours d’un échange entre Julien Aubert (député LR) et le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer (LREM), une nouvelle attaque contre la communauté universitaire : ces personnes la décrivent comme gangrenée par une « lame de fond islamo-gauchiste »,appuyée sur de « pseudos concepts tels que l’intersectionnalité » ou les recherches décoloniales. Le député termine même son intervention en qualifiant les universitaires de « fascistes qu’il faudrait écraser ». Blanquer, dans une inversion totale de la réalité, ne propose rien d’autre que de dénoncer un « Mac-Carthysme et une police de la pensée ». SUD éducation dénonce avec totales détermination et fermeté la communication sensationnelle et l’indigence intellectuelle de deux hommes manifestement perdus dans leurs arguments.
- Communiqué de la fédération des syndicats SUD éducation (30/06/21)

La ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche exprime d’une autre façon sa méconnaissance de la réalité et son mépris pour l’université : elle annonce dans la presse la création de 19 000 places supplémentaires dans l’enseignement supérieur (soit un total de 34 000 créations de place dont 5 000 en BTS, le reste à l’université ou en IFSI), sans annoncer aucune création de postes de personnels, ni aucune ouverture d’université ou de locaux. Avec son auto-satisfecit sur "l’extrême réussite’" de Parcoursup, voici donc une provocation de plius.
- Communiqué de la fédération des syndicats SUD éducation (2/07/21)

SUD éducation et SUD Recherche EPST renouvellent leur alerte sur la situation dramatique de l’ESR : l’absorption des nouveaux étudiant·e·s nécessite la création de 3 universités tout de suite (10 en tout pour un encadrement digne), et l’embauche dès à présent 9 000 enseignant·e·s sur statut de fonctionnaires. Nos organisations ont dénoncé cela dans une déclaration le 5 juillet devant le Comité technique du MESR [1], ainsi que les quatre nouveaux décrets qui défont l’université, sont un cadeau au Medef et facilitent encore la précarisation des personnels.
- Déclaration de SUD éducation et de SUD Recherche EPST devant le CTMESR (5/07/21)

Notes

[1Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.